D' Wyn-Mugge


Aller au contenu

Concert 2007

articles de presse

Avec leur couple de chanteurs, les Wyn-Mugge, sous la direction de Charles Thomann,
ont fait deux fois le plein du Relais culturel. (Photo DNA)


La «blosmusik» en fête


C'était fête, ce week-end, au Relais culturel de Wissembourg. La fête de la «». Le concert annuel des Wyn-Mugge y a fait le plein aussi bien samedi soir que hier après-midi.

comme ça, avec ce concert des Wyn-Muggepour peu que l'on ne pense pas à réserver à temps, on est contraint d'attendre un an. Une nouvelle fois, les deux spectacles ont en effet eu lieu à guichets fermés, les derniers billets ayant été vendus bien avant les dates du concert. C'est qu'aucun amateur de «» ne voudrait manquer le rendez-vous.
Solide expérience
il faut croire qu'ils sont nombreux, les amateurs de cette musique venue d'Europe centrale et notamment de Tchéquie. Des passionnés, un peu comme les musiciens des Wyn-Mugge rassemblées par la seule passion pour cette musique du «ömische», popularisée notamment en leur temps pas les Egerländer.nostalgiquesOui probablement. Mais surtout des musiciens qui sont subjugués par ces airs entraînants qui ont souvent disparu du répertoire actuel des musiques d'harmonie. Encore que certaines s'y remettent, en créant de petites formations folkloriques. Les Wyn-Mugge, eux, ont franchi le pas il y a une douzaine d'années.l'origine, «bande de copains de la région qui avaient envie de faire de la Blosmusik», se souvient Charles Thomann, qui dirige la formation depuis l'origine. Mais pas des débutants, non, des musiciens confirmés exerçant par ailleurs dans différentes harmonies du nord de l'Alsace et jusqu'aux portes de Strasbourg. Le président Alexandre Mitic -et trompettiste dans la formation- vient ainsi de Schiltigheim.musiciens à la solide expérience et au niveau instrumental certain. Ce qui a un avantage«suffit de sept à huit répétitions dans l'année pour que l'ensemble fonctionne», remarque M. Thomann. Il est vrai que la formation de 13 musiciens est soudée«ne recrutons que lorsqu'il y a un empêchement ou un arrêt sur un pupitre». Mais pas question d'étoffer les effectifs. Il n'y a aucune raison.
week-end, les Wyn-Mugge ont une nouvelle fois prouvée que le chiffre 13 n'avait vraiment rien de négatifla salle était comble et les prestations de qualité. Le public se laissait doucement balancer aux rythmes berceurs des polkas et des valses. Musiques venues d'ailleurs, mais aussi morceaux composés par le directeur, Charles Thomann.
Compositions personnelles
ses compositions personnelles, dont Clerotsteinpolka et Guedi Erinnerunge -avec des textes de Noëlle Braeuner, qui était aussi au chant avec Fernand Messmer- il y avait aussi, cette année, une petite incursion -appréciée- dans la chanson française, avec La mer de Charles Trénet et La vie en rose d'Edith Piaf, dans un arrangement de Thomann pour petite formation.ésenté avec verve et humour par Roudy Rinckert, ce programme d'une trentaine de morceaux a permis aux Wyn-Mugge de faire apprécier leur talent, tant collectif qu'individuel. Avec, par exemple, des soli époustouflants au trombone ou au cor des Alpes. Un régal pour les connaisseurs.

B. St.
© Dernières Nouvelles D'alsace, Lundi 22 Janvier 2007. -


Dernière mise à jour le 17/03/2016 | wynmugge@free.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu